Municipalité de Tunis: compte rendu du débat électoral

3 semaines ago فريق بر الامان La rédaction de Barr al Aman 0

Mercredi, le 2 mai 2018, Barr al Aman pour la recherche et les médias a organisé un débat électoral entre les têtes de liste aux élections municipales, candidats pour la municipalité de Tunis pour discuter les points de vue des invités à propos de la faisabilité des programmes que proposent leurs propres listes. L’objectif étant de dévoiler aux citoyen.ne.s tunisois.es le degré de maîtrise de leurs futurs représentants locaux des dossiers qui touchent à leur vécu collectif. Les questions sont sélectionnées et posées aux candidats en fonction de leurs propres promesses électorales et selon un temps de parole aussi équitablement réparti que possible. C’est sur la base d’une étude croisée des données recueillies sur la municipalité de Tunis (Procès-verbaux, rapports de la cour des comptes, textes juridiques, études, etc.) et des manifestes électoraux des listes candidates que sont posées les questions structurant le débat.

Pour regarder le débat (en arabe): http://news.barralaman.tn/tunmun2018_debat/

Chronogramme du débat :

Ouverture présentation des règles du débat (15:50-21:00)
Présentation des candidats : (21:00 jusqu’à 25:00)

Axe 1 : Hygiène publique en général (26:00 – 35:00)

Ahmed Bouazzi : Nouvelles techniques, nouveaux équipements pour la levée des déchets, unité de recyclage, faire participer le citoyen (26:00 – 27:00)
Lotfi Ben Aissa : centres de compostage, équipements et moyens matériels, pas budgétisé pour le moment (27:00 à 29:00)
Mehrez Dridi : évasif sur le budget, plus de poubelles, séparation entre déchets domestiques, toxiques et organiques, “nouvelle manière” (30:00 à 31:00)
Kamel Idir : nombre de camions et gestion des camions, “on trouvera le budget” (32:00 à 33:00)
Souad Abderrahim : les poubelles enterrées (الحاويات المطمورة), faire le tri d’avance entre métaux et matières organiques à recycler, système qui fonctionne avec l’aspiration. Pas de budget précis, mais coopération avec d’autres municipalités envisagée pour un meilleur prix (34:00à 35:00)

Axe 2 : Sebkhat Sijoumi (35:00 – 43:00)

Kamel Idir : parle du “lac” de Sijoumi, aménagement d’espaces pour jeunes, espaces industriels et pépinière d’entreprises, travailler en coopération avec les ministères de tutelle (37:00 à 39:00)
Souad Abderrahim : aménagement des berges de la Sebkha, lutter contre les moustiques avant leur prolifération, planter des arbres (pas coûteux), mettre en place des couches de lipides sur l’eau (39:00 à 41:00)
Mehrez Dridi : rien de prévu pour la Sebkhat Sijoumi

Axe 3 : L’économie (44:00-58:00)

Lotfi Ben Aissa (économie sociale et solidaire) : l’importance du tissu associatif dans l’économie sociale et solidaire. Soutien financier aux associations à travers des subventions, part du budget alloué en fonction du volume des projets proposés par les associations et la politique contractuelle de la municipalité, la municipalité peut déléguer certaines de ses fonctions en rapport avec l’encadrement des jeunes et la prise en charge des personnes âgées, en attendant la loi organique sur l’économie sociale et solidaire (44:00 à 46:00)
Ahmed Bouazzi (lutte contre l’étalage anarchique) : beaucoup d’injustice pour les commerçants du secteur officiel, construction d’espaces pour l’activité commerciale, la municipalité en partenariat avec des opérateurs privés construit un grand espace pour cette activité qui va générer des impôts, construction d’un espace très fréquenté avec un parking souterrain et un grand bâtiment (47:00 à 49:00)
Ridha Hosni (lutte contre l’étalage anarchique) : le problème de la contrebande, régler le problème, coordination avec les ministères concernés et les autres municipalités (49:00 à 50:00)
Lotfi Ben Aissa (follow-up à propos de la lutte contre l’étalage anarchique) : il n’y pas de volonté politique chez la municipalité à Zahrouni pour régler le problème. Propose d’élargir un espace déjà existant pour englober plus de commerçants (50:00 à 51:00)
Kamel Idir (Amnistie fiscale sur la taxe municipale) : l’amnistie fiscale concerne une grande partie des gens qui n’ont pas payé leurs taxes municipales pendant des années à cause de la dégradation des services municipaux. C’est pour aider le citoyen tunisien “zawali”, la mesure concerne des cas sociaux pour une catégorie démunie de la population (52:00 à 55:00)
Ahmed Bouazzi (follow-up sur l’intervention de Kamel Idir) : une telle mesure sanctionnerait le citoyen ayant payé la municipalité, c’est contraire au principe de l’égalité (55:00 à 56:00)
Mehrez Dridi (pépinière d’entreprises) : pas budgétisé pour le moment, budget fixé si jamais la liste accède au conseil municipal, lutter contre le chômage, un groupe d’entreprises qui va aider les jeunes pour investir, espace que les entreprises peuvent louer pour pas cher (56:00 à 57:00)

Axe 4 : Les ressources humaines : programme de toutes les listes au sujet de la maîtrise de la masse salariale (58:00-1:10)

Ridha Hasni : pas de données suffisantes, pas encore consulté le CCL, nécessité de faire pression sur le volume des salaires et faire avec les agents dont dispose la municipalité, arrêt des recrutements.
Lotfi Ben Aissa : C’est un problème qui a une dimension nationale. Il faut dépenser là où il y a un manque de personnel et diminuer les dépenses là où il y a saturation, augmenter le taux de recouvrement qui est de l’ordre de 18% en 2017 pour baisser le pourcentage des salaires.
Kamel Idir : le taux d’encadrement est très faible (8%), il faut recruter des ingénieurs et des paysagistes, augmenter le recouvrement, construire des zones économiques, dynamiser les marchés de la vieille ville pour augmenter les recettes
Souad Abderrahim : Activation de la loi sur les travaux d’intérêt général qui permettant d’économiser des dépenses [digression sur l’économie sociale et solidaire : travailler avec la société civile, fournir des crédits municipaux créant de l’emploi et une dynamique de développement], remplacer les peines de prison de moins d’une année par 600 heures annuelles de travail, valorisation de la valeur-travail et du contrôle
Mehrez Dridi : faire une audit pour comprendre où va l’argent, transparence totale avant de savoir comment maîtriser les dépenses, le vrai problème c’est la corruption et le détournement de fonds, il faut définir les priorités
Ahmed Bouazzi : faible taux d’encadrement, 2 ingénieurs seulement à la rue d’Athènes alors qu’il y en avait 6 auparavant, nécessité de recrutement de personnel qualifié, le problème des “planques” pour les agents en rupture avec les citoyens et leurs problèmes, faciliter les paiements des taxes qui n’ont pas été payées antérieurement pour augmenter les recettes et réduire le taux des dépenses allouées aux salaires, numérisation de tous les services de la municipalité pour faciliter le contrôle des dépenses

Axe 5 : Le recouvrement des taxes et redevances (1:10:00- 1:26:00)

Kamel Idir : justice sociale dans la municipalité de Tunis, régularisation de la situation de tout le monde, recouvrement des taxes sur les immeubles bâties et taxes sur les terrains non bâtis lié à la délivrance de l’autorisation, les taxes locatives, taxe sur les ordures, demander les reçus de paiement des taxes et redevances comme condition de délivrance d’autorisation (1:11:00- 1:12:00)
Ridha Hasni : redevances municipales qui doivent être au cas par cas, les circonscriptions les moins loties paient une redevance symbolique et les circonscriptions les mieux loties paient plus, répartition équitable sur toutes les circonscriptions (1:13:00 – 1:15:00)
Lotfi Ben Aissa : rationalisation du processus d’augmentation des recettes en établissant un état des lieux sur les propriétés de la municipalité, un “deal” entre la municipalité et le citoyen : bonne qualité des services contre paiement des taxes et redevances, la municipalité doit faire le premier pas (1:15:00 – 1:17:00)
Souad Abderrahim : Numérisation des propriétés de la municipalité pour avoir des chiffres exacts, le contrôle et le suivi, la réussite de l’expérience de la gouvernance locale inciterait le citoyen à payer de lui-même les redevances et taxes, justice fiscale (1:17:00 – 1:18:00)
Recouvrement des loyers municipaux : que faire pour que le cas du café Mrabet ,ne se reproduise pas

Mehrez Dridi : contrôle, conservation du patrimoine, numérisation, audit (1:19:00 – 1:21:00)
Ahmed Bouazzi : ne pas attendre beaucoup de temps pour commencer des poursuites judiciaires, coordonner avec le ministère des financiers pour imposer des amendes aux contrevenants, inégalité dans les baux municipaux entre les zones défavorisées et les zones bien loties (1:21:00 – 1:22:00)
Souad Abderrahim (follow-up) : il faut recourir à la justice (1:23:00)
Ridha Hasni : locations en cycles non-renouvelables, un cycle de deux ou trois ans, le recouvrement des redevances est bas à cause de non-coopération des citoyens, ceux-ci doivent payer leurs redevances dans la facture d’électricité (1:24:00 – 1:25:)
Axe 6 : Affaire municipalité de Tunis et UTICA (1h26- 1h36)

Ridha Hosni : L’essentiel c’est que l’argent est resté en Tunisie (sic!) (1h28 – 1h29)
Lotfi Ben Aissa : Une mauvaise gestion et il faut demander des comptes aux responsables au niveau de la municipalité, ancrer la redevabilité dans la municipalité (1h29 – 1h30)
Kamel Idir : On comprend avec cette histoire que la municipalité ne connaît pas ses propres propriétés, il faut mettre toutes les propriétés de la municipalité et les informations qui y sont relatives sur internet, engagement pour la transparence et la numérisation des propriétés municipales (1h30-1h31)
Souad Abderrahim : C’est un cas de mauvaise gestion qui a des répercussions, tous les PVs doivent être affichés et publiés et toutes les informations sur les propriétés municipales, le citoyen peut contrôler le conseil municipal et le destituer (1h31 – 1h33)
Mehrez Dridi :  corruption et absence de gouvernance, la solution c’est la justice, recours en justice contre la corruption (1h34 – 1h35)
Ahmed Bouazzi : C’est un cas  de mauvaise gestion, la justice a un rôle important à jouer, numériser tous les biens de la municipalité, augmenter les recettes générées par les biens municipaux et recouvrement des sommes dues (1h35 – 1h36)

Axe 7 : Le plan d’aménagement (1h37)

Mehrez Dridi : trouver des compromis pour les zones qui souffrent d’un mauvais aménagement, les réseaux d’assainissement surtout (1h37-1h38)
Allez-vous rouvrir le dossier relatif au plan d’aménagement malgré les coûts que cela implique et pourquoi?

Kamel Idir : il faut une requalification urbaine, les constructions anarchiques sur les propriétés publiques et privées, trouver des solutions à ces situations (location-vente) (1h38-1h39)
Ridha Hosni (stratégie pour réduire les embouteillages) :
Parle du plan d’aménagement : s’adapter à la réalité, trouver des solutions aux quartiers marginaux (Hay Hlel, Jbel Jeloud etc.) / organiser les gens qui s’occupent des parkings, création de parkings dans les périphéries de la ville de Tunis
Ridha Hosni (recrutement de personnel issu du quartier) : création d’emplois dignes pour les gens du quartier qui vont s’occuper de leur propre quartier, tenues “convenables” (1h40 – 1h45)
Lotfi Ben Aissa (follow-up) : demande aux autres candidats d’adopter le dossier des familles qui se sont établis derrière la maison de jeunes à Hay Hlel, délivrance de certificats de possession (1h45-1h47)
Kamel Idir : l’absence de la police municipale est la cause des constructions anarchiques, défendre les compétences et l’autonomie de cette police municipale vis-à-vis du pouvoir central (1h47-1h48)
Ahmed Bouazzi (les marchés municipaux) : Mettre une rue deux fois par semaine à la disposition de commerçants pour vendre “du producteur au consommateur” (1h49-1h50)

Axe 8 : Les crèches municipales (1h50-1h59)

Lotfi Ben Aissa : défendre le point du programme concernant le fait de doubler le nombre de crèches municipales, absence de compétences, capacité limitée des crèches, certaines crèches sont menacées de fermeture, les prix réduits des crèches municipales par rapport aux prix exorbitants du secteur privé légitiment ce choix (1h51 – 1h53)
Ridha Hasni (follow-up) : nécessité de création de crèches municipales pour que les citoyens puissent supporter le coût et pour la création d’emplois (1h56)
Souad Abderrahim (follow-up) : le plan d’aménagement, création de parcours pour piétons et handicapés (1h56 – 1h57)
Ahmed Bouazzi (follow-up) : idem pour les crèches, soit en s’appuyant sur les ressources propres de la municipalité, ou bien à travers des partenariats public-privé (1h57-1h58)
Ahmed Bouazzi (question sur les pistes cyclables) : “nous ferons des études une fois au conseil municipal”, rue Ibn Khaldoun par exemple, au Belvédère il y a assez d’espace pour aménager des pistes cyclables (1h59)

Axe 9 : Le sport (1h59)

Mehrez Dridi : échanger avec les petits clubs et encourager les talents, rénover le stade Chedly Zouiten, le stade d’El Menzeh qui est fermé depuis beaucoup de temps (1h59 – 2h00)
Kamel Idir (sport de proximité) : on a 30 clubs dans la municipalité de Tunis, des problèmes d’infrastructure, engagement pour fournir les “meilleures conditions”, fournir des espaces pour les jeunes (aménagement des “bat’ha”) (2h01 – 2h02)
Souad Abderrahim (sport de proximité) : Rénover le stade Ali Belhouane, un terrain dans chaque circonscription municipale, encadrer les jeunes sur le plan culturel et sportif (2h02 – 2h03)

Conclusion :

Kamel Idir : appelle les citoyens à voter
Lotfi Ben Aissa : proposition à propos de la réouverture et la rénovation de la piscine municipale, la reconstruire et l’ouvrir sur toute l’année
Ridha Hosni : l’investissement dans le sport, construire des terrains “tartans” supervisés par des jeunes de quartier
Mehrez Dridi : L’application “Baladiyti clean” pour être en contact direct avec les citoyens, appelle les citoyens à voter
Ahmed Bouazzi : Même les plus pauvres ont le droit au loisir, utiliser le port de Tunis pour des promenades en mer
Souad Abderrahim : appelle les citoyens à voter
Mohamed Haddad : appelle les candidats à remplir les déclarations de patrimoine et les publier.